Pas facile de décrocher!

Si toi aussi tu es workaholic, tu sais que c’est difficile de décrocher du boulot parce que tu prends les choses un peu trop à coeur. Puisque tu’intéresses à son travail, tu y penses tout le temps, même le soir (parfois la nuit!) et le week-end.

Soit tu réfléchis à de nouvelles idées, de nouveaux processus, soit tu regardes tes courriels à chaque 5 minutes parce que tu penses que s’il y a une urgence un samedi à 7h am, il faut ab-so-lu-ment que tu puisses y répondre en moins de 5 minutes…

Et là, je ne te juge pas, parce que j’étais exactement comme ça. Je dis “j’étais” mais je le suis peut-être encore, c’est juste que là, je suis en congé de maternité.

Et en congé de maternité, on a un nouveau travail. Peut-être pas aussi challengeant sur le plan intellectuel que ce que tu fais habituellement de 9 à 5, mais assez prenant pour que tu ne sois pas capable de décrocher non plus.

Workaholic = maman poule?

Je n’ai pas d’explication scientifiquement prouvée pour ça, mais logiquement, une femme carriériste a de grandes chances d’être une mère poule, au moins pendant son congé de maternité.

Ton bébé devient ton travail, il occupe tes journées, tes soirées, tes nuits. Puisque tu es toujours avec lui, tu parles de lui (forcément!) parce que c’est pas mal tout ce qui t’arrive de bon dans ta journée (du moins, pendant les premiers jours de sa vie). Je ne dis pas que tu n’es pas cultivée et que tu n’as aucun autre sujet de conversation, mais les gens vont naturellement parler de leur quotidien, de ce qui leur arrive.

Le fait de passer la première année (ou presque) avec ton enfant, d’en parler à ton entourage et de l’allaiter (si c’est le cas) crée une relation d’attachement assez forte. Tu as l’impression que ton enfant dépend de toi et dès que tu es loin de lui, tu ne cesses d’y penser.

La première séparation

Je me souviens de la toute première fois où papa workaholic est allé à l’épicerie avec bébé lors d’une tempête de neige, pendant que je suis restée à la maison. Après 5 minutes, j’ai commencé à angoisser, à me demander comment je réagirais s’ils avaient un accident sur la route…

Puis je me suis donné une claque dans la face pour me resaisir, ce qui n’a pas fonctionné. Paniquée, j’ai appelé mon chum pour savoir s’ils allaient bien : “heu bin oui, qu’est-ce que tu veux qu’il arrive de grave?” et moi de répondre : “haha… heu rien, c’est juste mes hormones, bye là!”.

Honnêtement, je ne pensais jamais que je serais protectrice et/ou inquiète à ce point envers mon enfant. Je me suis toujours imaginée comme la bad cop mom. Je me suis vite rendue compte que j’étais dans le champ de patates.

Soyons honnêtes : on ne sait pas quel genre de mère on est avant d’en devenir une.

Si tu es protectrice, c’est parce que tu tiens à ton enfant, d’une façon que tu n’aurais jamais pensé possible. C’est encore plus intense que de penser à ta job. Ton emploi, tu peux le quitter ou le perdre, mais ton enfant, il fera partie de ta vie pour toujours.

Ton bébé, c’est un mélange de toi et de ton amoureux. C’est un petit être qui a besoin de toi, duquel tu dois prendre soin en tout temps. C’est normal que tu t’y attaches émotionnellement et que tu aies de la difficulté à décrocher.

Comment décrocher?

Décrocher, ça veut dire apprendre à penser à autre chose, et ça, tu peux y arriver. Les passes-temps permettent d’évader ton esprit et d’avoir la tête ailleurs, ne serait-ce que pour instant.

Ça ne veut pas dire que tu n’aimes plus ton enfant si tu fais des activités sans lui. Tu verras, parfois ça fait du bien et c’est bénéfique pour ta santé mentale de décrocher puis de t’ennuyer un peu. L’important, c’est que tu décroches à ta façon et que tu ne laisses pas la société juger ton état d’attachement :

  • “Voyons donc, il faut que tu le fasses garder plus souvent!”
  • “T’es tout le temps avec ton bébé!”
  • “Quel genre d’homme ça va faire? Un ti-gars à maman?”

Mon conseil? Fais ce que tu veux, décroche à ta façon, au moment où tu en as envie. Laisse tomber les conseils douteux de ton entourage, écoute-toi et profite de chaque instant avec le merveilleux être que tu as mis au monde.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s